HYACINTHE – Sarah

0
455
HYACINTHE - Sarah
La jeunesse change et elle change les codes aussi… Hyacinthe en est l’exemple incarné. Il bouscule tout, fait sa sauce et propose un rap différent, avec des sonorités atypiques, il ne dépeint pas la rue comme la plupart des jeune Mc’s. Il se livre, s’abandonne et donne ce qu’il est ! c’est à prendre ou à laisser, mais c’est lui et c’est quelque chose que je n’avais plus vu depuis un moment dans le rap français, une écriture poétique ou se mélange dureté de la rue et sentiments… A l’exemple d’arrête d’être triste, titre somptueux… La rap est une chronique du temps et Hyacinthe est dans le sien sans aucuns doutes. Une découverte dans vos bacs le 29 septembre 2017, vous pouvez d’or et déjà regarder ses clips dont celui juste en dessous.
Stay In The Mood

HYACINTHE - Sarah 2017. Le rap n’est plus tenu en laisse par les codes du Hip Hop, ni de la rue, ni par aucun principe de genres. Il est aujourd’hui devenu le moyen d’expression privilégié d’une génération toute entière, dont chaque jeune artiste s’empare à sa façon presque partout dans le monde, de Tokyo à Salvador De Bahia. A Paris, Hyacinthe, 24 ans, élabore une solution hybride de rap, d’électro et de pop. Il dépose ses rimes riches en émotions dans lesquels vivent ses espoirs et ses doutes, son vague à l’âme, et ce qu’il définit lui-même comme « sa part d’ombre ».

HYACINTHE - SarahPop hardcore et rap sensible, Hyacinthe n’en est plus à bousculer les genres, il a investi un espace musical qui lui est propre. Sa plus évidente qualité, c’est d’abord l’écriture, vive et écorchée. Ce premier album est un disque d’auteur, sans l’aspect formel que peut laisser entendre cette expression, mais avec les vertiges que peut provoquer sa plume lorsqu’elle se plante dans vos tripes ou décroche le cœur. Plonger dans ses textes équivaut à pénétrer ses pensées, à regarder le monde à travers ses pupilles, une immersion dont on sort rarement indemne. On éprouve les cicatrices d’une adolescence tumultueuse, la démission d’un père absent, les cycles infrangibles de ses angoisses et des sentiments fanés… Mais aussi bien sûr l’espoir, l’amour, et le besoin de s’enivrer, de se perdre dans la fête comme si elle était éternelle. En parlant de lui-même, et sans jamais prétendre incarner une génération toute entière, il raconte les douleurs et les joies éphémères de la jeunesse de l’époque. « Quelque part dans la ville, les filles dansent sur le bar / je regarde, à travers la vitre, les corps dans le noir / qu’est-ce qu’on va faire de nos vies ? / du cash, des amours absurdes ? Chaque nuit, une vanité de plus… »

Sa précédente mixtape (« SLRA2 : Mémoires de mes putains tristes » sortie en 2015) lui avait valu l’estime de ses contemporains : Hyacinthe est aujourd’hui adoubé par une équipe des meilleurs compositeurs actuels qui façonnent ce nouveau disque avec, parmi d’autres, Nodey (Youssoupha), King Doudou (PNL), et Krampf (du crew DFH DGB avec Hyacinthe et L.O.A.S.)

HYACINTHE - SarahSynthés, samples, nappes, breaks, snares : au final, pas un seul musicien n’a joué sur ce disque, entièrement construit sur ordinateurs, sans aucun instrument acoustique enregistré en studio. Chez Hyacinthe, les effets digitaux ne filtrent pas les émotions, au contraire, ils les subliment. Il y a par exemple cet interlude d’une tristesse infinie, où il imagine l’enterrement de son père (qu’il n’a pas vu depuis dix ans) et son incapacité à le pleurer, le tout sur fond de grésillements et de bugs digitaux. Il y a aussi ce duo chanté avec son ami Jok’Air, dans lequel leurs voix autotunées invitent à une ballade céleste, ou encore cette pop sombre et synthétique sur laquelle il répond au duo The Pirouettes. Il lance un pavé de hardcore aux influences gabber (« Sur Ma Vie »), du rap volontairement prosaïque et tapageur, qui côtoie une chanson d’amour déposée sur un canevas électronique aux textures flamboyantes (« Sarah ») … Il y a enfin ce duo brûlant avec la chanteuse Ammour, qui prend le contrôle de son âme et de son sexe sur « Le Regard Qui Brille ». Au fil des treize plages de ce premier album, Hyacinthe prouve que cette discipline libre qu’est devenu le rap n’est pas antinomique avec une sensibilité à fleur de maux, et que les beats des machines peuvent définitivement se confondre avec les battements du cœur humain.

Pré commande : https://hyahya.lnk.to/SarahAlbum
Concert à la Boule Noire : https://hyahya.lnk.to/BouleNoire
SHARE
Previous articleDREAM NATION FESTIVAL 1X2 places à gagner
Next articleGuy-Roger Duvert
Sun Lord Silo
Je m'improvise créateur de média et déploie une énergie contagieuse dans mon aventure In The Mood. La culture et la découverte, Autodidacte à forte personnalité, j'explore, découvre, me cultive et cultive des liens... Finalement, très polyvalent, vous aurez le meilleur aperçu de ma personne sur https://sunlord.cv.fr Stay In The Mood

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here