Ruffi-Ann – Save The Juvenile

0
57
Ruffi-Ann – Save The Juvenile

Ruffi-Ann – Save The Juvenile

Un superbe album reggae, dancehall, dub. Vous découvrirez l’univers de la sista Ruffi-ann, remplit d’amour et de sincérité. Elle valorise magnifiquement le mélange dancehall avec un reggae bien amené. Engagée et militante son album délivre de beaux message, du coup elle invite des artistes de dingue comme Tarrus Riley ou Bunny Wailer. C’est du love à l’état pure, à écouter d’urgence.

Stay In The Mood

Sharon Peterkin est née en 1969 à Kingston et a grandi à Portmore St. Catherine, au rythme des sound-systems. Elle décida dès l’âge de 15 ans de démarrer une carrière musicale. Se perfectionnant d’années en années dans l’art du chant, Ruffi-Ann débuta au Shocking Vibes Studio et collabora avec de nombreux producteurs comme Sly & Robbie ou encore Steelie & Clevie qui ont produit l’un des succès dancehall de l’artiste : Stick to yuh man. C’est à Winston Riley de Techniques Records qu’elle doit son tout premier hit avec Love You et, parmi ses hits, le morceau Ram Ram qui fut enregistré pour King Jammy.

Sharon Peterkin se lança d’abord sous le nom de Lady Shabba et sa voie semblait toute tracée pour devenir une star du dancehall. Elle évoluait en tant que deejay aux côtés des rares artistes féminines du moment comme Lady G ou Sister Charmaine. Il lui aura fallu 25 ans pour devenir elle-même et c’est en 1999 que Lady Shabba change son nom et devient Ruffi-Ann.

Ne se reconnaissant plus dans ce personnage dancehall agressif, hardcore et violent, elle préfère se revendiquer en tant que femme avec ses besoins et ses sentiments. Elle assume pleinement son statut de mère de famille jamaïcaine avec ses convictions et l’envie irrépressible de les partager. Cela n’a pas été simple pour Ruffi-Ann d’imposer ce changement de direction artistique. La deejay du dancehall léger devint une singjay engagée ! Elle se souvient avoir laissé passer une superbe opportunité quand elle refusa de rencontrer un grand producteur en lui disant que Lady Shabba était… décédée.Ruffi-Ann-Photos-04

En 2009, à la sortie du single Save The Juvenile (présent sur cet album), Ruffi-Anngrimpa dans les charts et s’installa sur les ondes radios jamaïcaines. Ce single très personnel a été co-produit par Max Romeo pour son label Charmax Music, titre dans lequel Ruffi-Ann se livre et explique entre les lignes l’histoire de sa carrière. Alors âgée de 40 ans, Ruffi-Ann prend confiance en elle, sent que son virage artistique est réussi et se dit prête à l’écriture d’un album. Ruffi-Ann devint amie avec l’incontournable saxophoniste Dean Fraser et lui expliqua son envie de collaborer avec lui sur son album. Pour l’anecdote, Dean Fraser, qui n’avait encore rien entendu, fut très impressionné en se rendant au studio et lança après écoute « but yah chap ! » (mais tu es douée !). Il travailla de près avec Ruffi-Ann et lui proposa de collaborer sur quelques singles. Au fur et à mesure des ré-arrange ments de riddims et des créations, l’idée d’un album s’imposa d’elle-même et tous deux décidèrent que Dean Fraser serait le réalisateur officiel du disque. Un accomplissement supplémentaire pour cette mère de famille courageuse, respectée en Jamaïque, dévouée à sa musique autant qu’à ses enfants et s’engageant régulièrement dans les combats sociaux.

L’album « Save the Juvenile » est sorti en Jamaïque en Janvier 2014 sur le label Canon Production distribué par VP Records. Les 17 morceaux ont été coécrits avec David Laing, partenaire de Ruffi-Ann. L’album sort officiellement en France le 9 Mars 2015, et pour l’occasion, Ruffi-Ann a voulu ajouter un duo inédit avec Bunny Wailer, l’irrésistible Baddest. Cet album est un pur produit jamaïcain, on y reconnaîtra bon nombre de riddims classiques. 17 titres de qualité, à la production new roots lumineuse. Mention spéciale pour l’efficace Good Friends avec Tarrus Riley et Duane Stephenson ou encore Abuse et le titre éponyme Save The Juvenile. Un album moderne et en phase avec la réalité jamaïcaine d’aujourd’hui dans le fond comme dans la forme.

Interviewée en 2013 par le Jamaican Observer, Ruffi-Ann déclare : « Je suis ravie d’être arrivée où je suis aujourd’hui mais je compte bien ne pas m’arrêter là (…) je continue de me battre, de prier et de travailler encore plus dur car le Tout Puissant me sait capable de bien plus encore. Je suis en mission et j’espère bien emmener avec moi plus de femmes encore et de fans pour marcher à mes côtés ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here